FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2017-04 / NUMÉRO 130   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Questionnaire de Proust à...
Georgia Makhlouf
2017-01-05

Membre du comité de rédaction de L'Orient littéraire, Georgia Makhlouf partage sa vie entre Paris et Beyrouth. Responsable du prix France-Liban décerné par l’Association des écrivains de langue française (ADELF), elle est aussi membre fondateur de Kitabat, association libanaise pour le développement des ateliers d’écriture et l’auteur de plusieurs ouvrages dont Les Absents (L’Orient des Livres/Rivages, 2014, Prix Léopold Sedar Senghor), Le Goût de l’Orient et Le Goût de la liberté (Mercure de France, 2014/ 2016).

Quel est le principal trait de votre caractère ? 

La curiosité. Il y a tant de choses à apprendre !

 

Votre qualité préférée chez un homme ? 

La force tranquille.

 

Votre principal défaut ? 

L’intranquillité permanente.

 

Votre occupation préférée ? 

Lire (face à la mer). 

 

Votre rêve de bonheur ? 

Une île grecque, des livres, la mer, des amis, mes enfants.

 

Quel serait votre plus grand malheur ? 

Être sans nouvelles de ceux que j’aime.

 

Ce que vous voudriez être ? 

Heureuse d’être ce que je suis. 

 

Le pays où vous désireriez vivre ? 

Un Liban laïc.

 

La fleur que vous aimez ? 

Les tournesols (ceux de Van Gogh et les autres), à cause de leur orientation. 

 

Vos auteurs favoris en prose ? 

Siri Hustvedt, Nancy Huston, Marguerite Duras, Joyce Carol Oates, Herbjörg Wassmö. 

 

Vos poètes préférés ? 

Yvon Le Men, Vénus Khoury Ghata, Georges Schéhadé.

 

Vos héros dans la fiction ? 

Marguerite Duras (ou son double) dans Un Barrage contre le pacifique ou L’Amant.

 

Vos compositeurs préférés ? 

Mon 3e fils, dans quelques années.

 

Vos peintres favoris ? 

Carpaccio, Paolo Uccello, Cézanne, Gauguin, Matisse.

 

Vos héros dans la vie réelle ? 

Les anonymes, ceux qui font des merveilles dans l’ombre. 

 

Ce que vous détestez par-dessus tout ? 

L’arrogance de ceux qui croient avoir raison, de ceux qui croient savoir.

 

Le fait militaire que vous admirez le plus ?

Déposer les armes.

 

La réforme que vous estimez le plus ?

Toutes celles qui ont permis une plus grande égalité entre les hommes et les femmes.

 

L'état présent de votre esprit ?

S’efforcer de vivre l’instant.

 

Comment aimeriez-vous mourir ?

Debout.

 

Le don de la nature que vous aimeriez avoir ?

Le don d’ubiquité.

 

Les fautes qui vous inspirent le plus d'indulgence ?

Les fautes avouées.

 

Votre devise ?

« Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve. » Je l’emprunte à Edgar Morin qui l’emprunte lui-même à Hölderlin. 

 
 
© © Philippe Matsas / OPALE
 
2017-04 / NUMÉRO 130