FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-02 / NUMÉRO 164   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Poème d’ici



Par Guy Abela
2016 - 02

Né en 1929 et décédé en 2015, Guy Abela est l’auteur de plusieurs recueils de poèmes dont Caravanes (1983) et Oud (1985). Il est l’une des figures marquantes de la poésie libanaise d’expression française. Bibliophile passionné d’archéologie, il nous laisse une œuvre riche marquée par une profonde sensibilité.

 

Octante trois

 

Aurais-je la grandeur de sertir mes souffrances

Et pourrais-je entamer une neuve existence ?

Je suis la nuit qui vient, de mon corps l’étranger,

Un frivole frisson d’un parfum d’oranger.

Pour sortir de l’oubli je dérobe les heures

Et ne pas rester seul quand les ombres demeurent,

Je dis les mots d’amour germés au fond de moi.

Possible est l’impossible engourdi dans le soi.

Les murs sont démolis où jouait mon enfance. 

Têtus sont les échos en quête de silence.

En buée est le bleu de mes premiers refrains.

Amen. Je ne suis rien. Mais ce rien m’appartient.

Ternis sont mes cheveux habillés tout en blanc.

S’échapper au déclin en un vibrant élan.

Pleurent les sentiments quand les soins les oublient.

Accumuler les ans…Végéter… Est-ce vie ? 

 

27/9/2012

 

Maldonne

 

Floraison du hasard, vaille que vaille enfui,

Dans un lit passager que j’emprunte une nuit, 

Je joue au vagabond assailli de chimères,

Une réminiscence, un soupir, quelque bruit,

Furtive émanation dans un déclic austère,

Fétu de je suis là d’un souviens-tu naguère. 

 

Je vêts une musique en mal de musicien,

Un vilain farfelu de stérile algarade,

Une bulle éclatée, un leitmotiv, un rien,

J’étouffe le ressort de vaines dragonnades,

Fantaisie impromptue où geint la sérénade,

Un air de déjà ouï, hostile épicurien. 

 

Je ne garde du lit qu’un sordide inventaire,

Une épreuve froissée, un raturé brouillon,

Aveugle instantané, sourde exaspération,

Disparate magma d’occasion lapidaire,

Séquence vermoulue à renier, mieux taire,

Inerte passager d’un lit de tentations,

Invalide ticket pour couche de poussières. 

 

Printemps 2008 

 
 
D.R.
 
2020-02 / NUMÉRO 164