FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-04 / NUMÉRO 166   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Autrefois
Les archives de L’Orient Littéraire
Dans L’Orient Littéraire du 14 juillet 1962, une interview, par Eddy Batache, de Jean Cocteau, qui se préparait à se rendre au Liban pour la troisième fois à l’occasion de le représentation de sa pièce Renaud et Armide au Festival de Baalbeck. Extraits...

2006 - 10
Que vous inspire le Liban ?

Les Libanais sont une race de poètes, et Baalbeck, quel lieu extraordinaire ! Le meilleur lieu du monde pour monter de grands spectacles. C’est le seul « haut-lieu » – au sens véritable du terme – que je connaisse. Le théâtre retrouve son authentique signification dans les temples en ruines : il perd toute notion frivole et redevient un cérémonial religieux.

Et la nourriture libanaise ?

J’avais été émerveillé par tous ces plats épicés ! J’aime la nourriture violente. Je déteste les plats timides. Les poètes sont comme les héros et les enfants : ils sont attirés par tous les plats défendus...

Accompagnerez-vous les acteurs de Renaud et Armide au Liban ?

J’espère que ma santé me le permettra. Je serais très heureux de retrouver ce peuple libanais qui m’a si gentiment manifesté son attachement ! Savez-vous que les seules décorations que je porte en permanence sur mon uniforme d’académicien sont la cravate de la Légion d’honneur et l’ordre du Cèdre ? Et je conserve, encadré sur un mur de ma maison de campagne, le charmant poème que m’avait dédié votre compatriote M. Hector Klat.

Renaud et Armide est la seule œuvre que vous ayez écrite en vers, n’est-ce pas ? Pourquoi avez-vous choisi l’alexandrin ?

Afin qu’elle ne bénéfice d’aucune espèce de privilège nouveau. J’ai voulu reprendre la forme classique de Racine et vous y retrouverez les trois unités sans qu’il y ait eu d’effort pour cela. Je voulais que ma pièce soit sans originalité à une époque où ce que l’on appelle l’anticonformisme n’est en réalité que le conformisme actuel ; et où c’est être véritablement anticonformiste que de se conformer aux lois !
 
 
 
2020-04 / NUMÉRO 166