FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2017-08 / NUMÉRO 134   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Coup de coeur
Frédéric Tissot : une leçon de vie


Par Constance Léon
2017 - 02

Lire les souvenirs de Fréderic Tissot, c’est se plonger dans les drames contemporains du peuple kurde. Sa « bonne étoile kurde », Tissot la doit à Bernard Kouchner, alors ministre français des Affaires étrangères, qui le nomme premier Consul général de France à Erbil, capitale du Kurdistan autonome d’Irak. Il y restera de 2007 à 2012. « Une impulsion de vie », une seconde chance pour lui après son terrible accident de Port-au-Prince, en 2006, qui l’a laissé paraplégique, en fauteuil roulant, lui qui a parcouru le monde pendant trente ans et qui aimait tellement danser...

À 27 ans, jeune médecin diplômé, Tissot fonde pour la coopération française un dispensaire dans un « coin perdu de la montagne » marocaine, au cœur de son Maghreb natal : il est né en 1953, à Blida, en Algérie, et maîtrise l’arabe et le berbère. Il s’interroge alors sur la « bonne politique » à mener et s’efforce de s’affranchir des stéréotypes occidentaux sur le développement. Rapidement, il apprend à s'adapter à toutes les situations : soigner vite et bien dans des hôpitaux de fortune, comme en Iran, en janvier 1982, en pleine guerre contre l’Irak. Il est même emprisonné en Turquie ! Las des décisions « trop politiques » de Médecins du monde, Frédéric Tissot choisit l’Aide médicale internationale (AMI), fondée par son ami Michel Bonnot, et intervient, souvent de manière clandestine, dans plusieurs pays en détresse : Kurdistan, Sarajevo, le Haut-Karabakh, le Kurdistan, le Kosovo, Haïti... En 2003, mandaté par le ministère de la Santé, il œuvre en faveur de la construction de l’Hôpital pour enfants de Kaboul… Aujourd’hui, il est toujours sollicité pour son analyse et sa compréhension du Moyen-Orient : il s'est récemment déplacé à Qaraqosh et à Erbil, et a donné des conférences sur le sort des minorités dans la région.

Ce livre de Mémoires, écrit à quatre mains avec Marine de Tilly, journaliste et critique littéraire au Point, se lit comme un roman et a pour fil conducteur les rencontres et non la chronologie. Il constitue une page d’histoire sur les French doctors et sur la naissance de la région kurde autonome d’Irak, et nous révèle le parcours d’un homme courageux, passionnément engagé dans l’humanitaire. « Pas un geste, pas un cillement qui ne m’engage à fond, qui ne fasse dévier ma vie », écrivait Aragon. Frédéric Tissot est ainsi.


 
 
 
BIBLIOGRAPHIE
L’Homme debout, humanitaire, diplomate, anticonformiste de Frédéric Tissot avec Marine de Tilly, Stock, 2016, 275 p.
 
2017-08 / NUMÉRO 134