FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-04 / NUMÉRO 142   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Roman
La Melkite et son double


Par Alexandre Najjar
2018 - 01

Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur le patrimoine libanais et d’un roman, Khamsin, publié chez Albin Michel, qui avait connu un franc succès et remporté plusieurs prix, Jocelyne J. Awad nous revient avec un roman inclassable intitulé La Melkite. Inclassable, parce qu’il ressemble à un roman historique sans en être un. Certes, l’auteur mobilise ses connaissances sur l’histoire du Liban-Nord au temps des Croisades et nous restitue parfaitement, notamment au chapitre VI, l’atmosphère de l’époque. Mais elle va bien plus loin que le récit historique, puisqu’elle nous propose un va-et-vient entre passé (le XIIIe siècle) et présent, entre délire et réalité, et qu’elle insuffle une dimension tantôt fantastique, tantôt psychologique à son roman qui, par moments, ressemble à un thriller. Le lecteur ne peut que se passionner pour l’inquiétante et imprévisible Magda, enfant de substitution souffrant d’un dédoublement de personnalité, qui décide tout à coup de repartir « là-bas » pour donner à Hélène la Melkite, son alter ego, « l’occasion d’accomplir sa vengeance ». Ce « là-bas » n’est autre que la région d’Anfé, jadis appelée Nephin, une seigneurie croisée côtière qui dépendait du Comté de Tripoli. Et la vengeance ? Il s’agit de faire payer au prince Bohémond VII, alias El-Brinz, le prix d’un abominable forfait commis vers 1282. Pourquoi et comment ? Dans un style limpide et précis, Jocelyne J. Awad mène la danse. Elle nous transporte d’un asile psychiatrique de la banlieue de Beyrouth jusqu’à Paris, puis à Anfé, et nous plonge dans un univers qu’on dirait légendaire ou onirique, avant de nous conduire, à travers une intrigue habilement ficelée, à un dénouement inattendu où réel et irréel continuent de se confondre.


BIBLIOGRAPHIE
La Melkite de Jocelyne J. Awad, éditions Dacres, 2017, 245 p.

 
 
 
D.R.
 
2018-04 / NUMÉRO 142