FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-12 / NUMÉRO 150   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Essai
Immortel ?
Dans son dernier ouvrage, Gilbert Sinoué nous livre le récit d’une quête d’immortalité fortement inspirée de l’épopée de Gilgamesh.

Par Lamia el-Saad
2018 - 08


C’est un bien étrange parcours en vérité que celui de Gilbert Sinoué. Né au Caire en 1947 d’un père melkite et d’une mère juive, il quitte son pays à l’âge de 19 ans pour entreprendre des études à Paris. Après une formation de professeur de guitare classique à l’École nationale de musique Alfred Cortot, il se produit dans des cabarets et écrit même des chansons pour Isabelle Audret, Claude François, Dalida, Jean Marais, Marie Laforêt, Jean-Claude Pascal… Mais ses débuts sont difficiles… Il se lance alors dans un tout autre registre et enchaîne plusieurs romans historiques parmi lesquels Avicenne ou la route d’Ispahan, une biographie romancée de ce grand médecin persan, Le Livre de saphir, prix des Librairies, L’Enfant de Bruges ou encore la trilogie Inch Allah.

Le Royaume des Deux-Mers est de ces livres à tiroirs qui ne racontent pas une mais plusieurs histoires qui se rejoignent et s’imbriquent les unes dans les autres : celle de Tsurah, pêcheur de perles qui continue de plonger malgré sa maladie parce qu’il a « une femme et deux enfants » ; celle du sombre exorciste Hourabi qui voue un étrange culte à Tiamat, la déesse du chaos ; celle du médecin Yakine dont l’épouse bien-aimée se meurt et qui, bien que cartésien et homme de science, tente de trouver la plante aux « reflets argentés » recherchée par Gilgamesh et qui procurerait l’immortalité ; celle de Shakurmash, collectionneur d’anciens manuscrits à l’écriture cunéiforme, qui fait découvrir cette épopée à son médecin…

Si d’ordinaire le cadre d’un récit fantastique est un lieu tout aussi fantastique et utopique, il n’en demeure pas moins que Dilmoun, loin d’être d’un pays imaginaire, est tout ce qu’il y a de plus authentique. L’auteur lui consacre d’ailleurs son avant-propos et commence par le situer dans le temps et dans l’espace. Mentionné dans les textes mésopotamiens archaïques dès l'an 3000 et jusqu’au premier millénaire avant notre ère, ce royaume est probablement né dans la province orientale d’Arabie saoudite et c’est à Bahreïn qu’il a atteint son apogée et que se trouverait sa capitale. C’est à Dilmoun que se situerait, selon certaines sources, le jardin d’Eden et, de fait, le « mystérieux Arbre de vie ».

La légende se mêle intimement à la réalité à plus d’un titre. Certes, Dilmoun était un royaume qui ne prospérait que grâce à son commerce (un royaume tel que l’Histoire en regorge et qui n’est pas sans rappeler les cités phéniciennes ou carthaginoises). Mais la ressemblance s’arrête là. En effet, Dilmoun est bel et bien décrit comme un royaume utopique, un royaume sans armée. 

Sinoué prête à ses habitants un dialecte dans lequel on retrouve le langage imagé et le style fleuri communs à tous les Orientaux. Ainsi, cette expression en témoignage de gratitude : « Que tes mains soient bénies. »
Dilmoun étant protégé par les dieux, l’auteur nous fait découvrir la mythologie mésopotamienne qui, pour être moins connue que les mythologies grecque et romaine, n’en est pas moins riche.

Gilbert Sinoué lit la Bible, le Coran et la Torah pour tenter de répondre à la question qui traverse l’ensemble de son œuvre : « Que faisons-nous sur terre » ? Toutefois, Le Royaume des Deux-Mers ne nous interroge pas tant sur le sens de la vie mais bien sur le regard que nous portons sur la mort. Faut-il la craindre ou, au contraire, l’accueillir comme une grâce ? Accepterions-nous l’immortalité du corps si elle nous était offerte ?

De la première à la dernière page, le lecteur se laissera littéralement happer par ce récit, au point de n’en retenir que le fond et d’en oublier la forme. Il aurait cependant bien tort de ne pas s’attarder sur chaque mot. En effet, l’écriture fluide et déliée de l’auteur révèle au lecteur attentif, au détour de phrases anodines, de nombreux et inépuisables trésors de sagesse à méditer. Telle cette éternelle vérité : « Un médecin est quelqu’un qui vous distrait pendant que la nature vous guérit. »

 
 BIBLIOGRAPHIE  
Le Royaume des Deux-Mers de Gilbert Sinoué, Denoël, 2018, 314 p.
 
 
 
D.R.
 
2018-12 / NUMÉRO 150