FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-11 / NUMÉRO 149   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Essai
MBS selon Ockrent


Par Alexandre Najjar
2018 - 11
Le livre de Christine Ockrent, journaliste de renom, tombe à point nommé puisque le prince Mohammed Ben Salman (MBS), qui en est le sujet, se trouve depuis quelques temps dans le collimateur de la communauté internationale suite à l’assassinat à Istanbul du journaliste et opposant saoudien Jamal Khashoggi. L’ouvrage s’ouvre sur l’épisode du Ritz-Carlton où 381 hommes d’affaires et notables se retrouvent séquestrés sur ordre du prince pour rendre compte de prétendues malversations. La plupart d’entre eux ne seront relâchés qu’après avoir consenti à se déposséder d’une partie de leur fortune au profit du nouveau régime. Était-ce une sorte de racket étatique où la seule méthode possible afin de débloquer un système devenu ingérable et d’obliger ces hommes « jusque-là intouchables » à rendre des comptes et à cesser leurs pratiques plus ou moins abusives ? Ockrent opte pour la version « Game of thrones » et considère que « la purge du Ritz-Carlton va au-delà d’une spectaculaire opération anti-corruption. Elle s’inscrit dans le cadre d’une lutte implacable pour le pouvoir, une guerre des clans au sein de la famille royale... L’Arabie saoudite est entrée en révolution. » Le message est passé : il y a un seul shérif en ville !

S’ensuit une offensive de charme de trois semaines aux États-Unis où Donald Trump reçoit MBS avec chaleur, tout fier des contrats juteux conclus avec lui depuis sa visite à Ryad (la première à l’étranger) en mai 2017.

Ockrent nous brosse alors le portrait de ce prince héritier qui, à 32 ans, a pris les rênes du pouvoir wahhabite : il a un tempérament explosif, mais il a l’intelligence rapide et une excellente mémoire. Déterminé à édulcorer son image et à incarner la modernité, il a autorisé les femmes à conduire, permis l’ouverture de salles de cinéma et la tenue de concerts, criminalisé le harcèlement sexuel et encouragé le sport. Ayant cerné le caractère du personnage, l’auteur insiste sur les relations qui le lient à cheikh Zayed, le prince héritier et ministre de la Défense d’Abu Dhabi, qui lui a ouvert de nombreuses portes, puis analyse sa stratégie visant à guérir le royaume de son addiction au pétrole en diversifiant les sources d’énergie, à stimuler la jeunesse dorée, et à transformer une économie de rentes en une économie productive, à travers un plan baptisé « Vision 2030 » et un paradis technologique appelé NEOM. Jusqu’où ira le prince ? Où se situent les lignes rouges ? Plusieurs observateurs, dont Khashoggi lui-même, cité dans le livre (p. 138), se montrent perplexes face aux méthodes musclées du nouveau régime. La consigne est claire : toute transformation doit venir d’en haut, les initiatives d’en bas seront réprimées.

De l’affaire Saad Hariri, de la situation au Yémen, et de la rupture avec le Qatar, Christine Ockrent parle ensuite sans ambages : elle qualifie l’opération libanaise de MBS de « fiasco », estime que la guerre contre les houthistes s’est transformée en bourbier ou en « cyclone, tourbillonnant sans résultats décisifs sur des populations en détresse et des régions dévastées », et observe que les tentatives visant à dompter le Qatar et sa chaîne Al-Jazira ont échoué : « Aucune des épreuves de force engagées par MBS n’a véritablement été gagnée », conclut-elle. Mais elle reconnaît que « sur le plan intérieur, le prince héritier a pris des risques et marqué des points », tout en insistant sur l’appui (intéressé) des Américains qui donne au prince des ailes et le pousse à jeter du lest dans les relations de son pays avec Israël – qui craint comme lui l’expansionnisme iranien et l’extrémisme sunnite. Et la Turquie dans tout cela ? Les relations avec Erdogan sont certes évoquées, mais de manière trop rapide pour nous éclairer sur les enjeux du bras de fer opposant la Turquie à l’Arabie saoudite actuellement.

En conclusion de ce livre bien documenté, qui réussit à placer chaque événement dans son contexte, le bilan de MBS apparaît mitigé. Fragilisé par l’affaire Khashoggi, réussira-t-il à redresser la barre ?

BIBLIOGRAPHIE
Le Prince mystère de l’Arabie de Christine Ockrent, Robert Laffont, 2018, 288 p.


Christine Ockrent au Salon :
« L’Arabie saoudite de Mohammed Ben Salmane Al Saoud : hubris d’un prince pressé ou transformation radicale du royaume ? », le 6 novembre à 19h (salle 2)/ Signature à 20h (Orientale).
 
 
D.R.
 
2018-11 / NUMÉRO 149