FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-11 / NUMÉRO 149   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Octobre 2018
À lire
2018-10-04
Le dernier-né
de Hoda Barakat
Le dernier livre traduit en français de la romancière libanaise Hoda Barakat s’intitule Courrier de nuit. Succession de lettres anonymes qui comportent des aveux tragiques, il met en scène des personnages en butte à la misère sociale et à leurs propres démons… Parution prévue en octobre chez Actes Sud.


Le Prophète
vu par Kader Abdolah
Traduit du néerlandais, Le Messager de l’écrivain d’origine iranienne Kader Abdolah (pseudonyme de Hossein Farahani) ambitionne de raconter la vie du prophète Muhammad à travers les témoignages d’amis, d’ennemis, d’épouses, de savants et de poètes qui l’ont côtoyé. La traduction en français de ce récit qui se veut « un portrait éclairant d’un Muhammad plein d’humanité et d’humour » paraît le 4 octobre dans la collection « Du monde entier » chez Gallimard.


L’au-delà
selon Stéphane Allix
Le livre Après du journaliste Stéphane Allix, qui vient tout juste de paraître chez Albin Michel, réunit des récits et témoignages de personnes en deuil qui ont fait l’expérience de formes diverses de communication spontanées après la mort d’un proche : « Écouter ces témoignages, écrit-il, permet de comprendre quelle forme d’existence nous attend après notre décès. Où se trouvent nos proches défunts ? Que font-ils ? Qu’advient-il au moment de la mort ? Peut-on s’y préparer ? » Abstraction faite des considérations religieuses qu’il confirme d’une certaine façon, ce livre, qui prolonge Le Test. Une enquête inouïe : la preuve de l’après-vie ? paru chez le même éditeur en 2015, entend apporter « une nouvelle preuve que la vie se poursuit après la mort »…


Even et Debré s’attaquent aux antidépresseurs 
Après leur livre remarqué sur les médicaments inutiles, les professeurs Philippe Even et Bernard Debré abordent dans le tout récent Dépressions, antidépresseurs : le guide (Le Cherche-midi) la question des antidépresseurs et dénoncent la « surprescription » et le mercantilisme dans un marché estimé à 100 milliards de dollars.


 
 
2018-11 / NUMÉRO 149