FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-11 / NUMÉRO 161   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Enquête
Avicenne : les lettres arabes à Paris


Par Katia Ghosn
2016 - 01
Implantée au cœur du 5e arrondissement de Paris, à proximité des grandes universités et de l'Institut du monde arabe, la librairie Avicenne (25, rue Jussieu) –  du nom du grand savant du Moyen âge Ibn Sīnā (980-1037) – est la première librairie arabe de Paris, fondée en 1979 par des Libanais. Chercheurs, étudiants et arabisants y trouvent un fonds riche de 20 000 livres comprenant essentiellement les textes classiques de la civilisation arabo-musulmane, mais également des ouvrages d’actualité, de littérature, d’art, des manuels d’apprentissage de l’arabe, des traductions et les parutions récentes aussi bien en français qu’en arabe. Elle continue d’être un relais pour certaines maisons d’édition désireuses de faire connaître leurs ouvrages en France ; la librairie Avicenne acceuille, entre autres, les livres publiés à Beyrouth par L’Orient des livres.

Hachem Mouawieh, principal actionnaire et gestionnaire de la librairie depuis 1986, revendique l'héritage d'Avicenne, considéré comme un symbole d'union entre les deux cultures arabo-musulmane et occidentale, son Canon de médecine (Qānūn) fut enseigné pendant plusieurs siècles en Europe. Engagé, Hachem tient à promouvoir une culture arabe humaniste, ouverte à ses multiples composantes religieuses. Les livres de propagande ou ceux qui incitent à la haine et à l'intolérance sont strictement bannis.

Mouawieh marque ce lieu phare de son empreinte personnelle. Devenu une figure incontournable des milieux du livre arabe à Paris, il est nommé en 2003 Chevalier de l'ordre des arts et des lettres. Fin connaisseur du monde arabe, il lit la totalité des livres qui transitent par la librairie, ou peu s’en faut, et ne manque jamais de faire profiter sa clientèle de ses lectures. Ainsi, nombre de traducteurs italiens, anglais, japonais ou autres ont pu s'emparer, guidés par son entrain et par la perspicacité de ses commentaires, d'excellents ouvrages et les faire connaître hors de l'Hexagone. Il organise également dans l'enceinte de sa librairie des rencontres et des débats avec les auteurs, fait bénéficier traducteurs, journalistes et éditeurs de ses multiples réseaux et tisse avec sa clientèle des liens amicaux et durables. 
Né en 1957 à Baalbek, Hachem Mouawieh découvre le monde à travers la lecture. À l’âge de treize ans, il travaille dans une petite librairie pour s’assurer quelques rentrées. Plus tard, il approvisionnait Baalbek de livres en provenance de Beyrouth. Il découvre alors Naguib Mahfouz, Ihsan Abdel Quddous, Suheil Idriss et d'autres. De confession musulmane chiite, il grandit dans une famille où les pratiques religieuses sont quasi absentes et fait sa scolarité chez les Sœurs des Saints-Cœurs. Arrivé à Paris en 1983 pour faire une thèse en sociologie, il abandonne ses études pour devenir libraire. « C’était une vocation », dit-il rétrospectivement. Ses choix politiques ont été influencés par son éducation. Il souscrit aux idées de la gauche libanaise et prend position pour la cause palestinienne. En 1977, il part à Moscou où il passe une année à l'Institut d'études marxistes-léninistes. Même s’il considère que l’idéologie marxiste a échoué à constituer une alternative crédible au libéralisme sauvage, il continue à se positionner à gauche et prend partie pour les classes populaires. L'instauration, dans le monde arabe de sociétés civiles, modernes, laïques et démocratiques reste, pour lui, la meilleure solution pour échapper aux radicalisations et à l’enfermement communautaire. Ce à quoi la librairie Avicenne contribue, modestement, en transmettant l’image d’un monde arabe tel qu’il devrait être, un lieu de diversité, de tolérance et de vitalité créative.

« La littérature arabe jouit d’une place privilégiée en France. Mahmoud Darwish est l’un des écrivans les plus vendus ici », dit-il fièrement. D’autres auteurs comme Élias Khoury, Rachid al-Daïf, Hoda Barakat, Hanan el-Cheikh, Ibrahim Aslan, Muhammad al-Bisati et bien d’autres sont très demandés et atteignent de bonnes ventes.

Malgré la forte concurrence d’Internet et la fermeture du local situé rue des Fossés-Saint-Bernard, la librairaie Avicenne continue à lutter pour préserver sa singularité, celle d’être un lieu de convivilaité, de dialogue et de culture humaniste.


 
 
D.R.
« La littérature arabe jouit d’une place privilégiée en France » La librairie Avicenne transmet l’image d’un monde arabe tel qu’il devrait être, un lieu de diversité, de tolérance et de vitalité créative
 
2019-11 / NUMÉRO 161