FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-02 / NUMÉRO 164   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Bangkok, Phuket et autres Colombo…


2011 - 04
Dans le temps, les jeunes épouses des « bonnes familles » beyrouthines se contentaient d’un voyage de noces à... Chtaura, dans l’hôtel mythique de cette charmante localité. Pour les plus téméraires, c’était Alexandrie. Toute la famille se déplaçait alors jusqu’au port pour faire des adieux déchirants à de nouveaux mariés tout de blanc vêtus franchissant la passerelle de grands paquebots aux noms exotiques. Seuls les plus nantis allaient jusqu’à Paris. Sur les photos sépia de l’époque, on les voit, dûment chapeautés et gantés, sourire devant la tour Eiffel et triompher sous l’Arc de triomphe le bien nommé, au grand dam de Tante Sousou qui n’avait pas encore réussi à caser ses filles. Pour les couples les plus pieux, élèves des écoles chrétiennes, c’était Rome, le Vatican et la bénédiction du Saint-Père, gage d’une future vie de famille empreinte de rectitude et auréolée de grâces divines.

Aujourd’hui votre bambin, quasiment dès le CP, se voit proposer par son école une « activité d’éveil » consistant en un voyage de dix jours en Europe. N’osant pas apparaître comme une mère indigne, peu soucieuse d’« éveiller » la curiosité intellectuelle de son enfant, vous acquiescez et déboursez sans rechigner une somme mirobolante afin qu’une trentaine de chenapans fassent les fous en Europe plutôt qu’à Achrafié. Vous interrogerez en vain le voyageur sur ses acquis touristico-culturels et n’obtiendrez en réponse que le récit des nombreuses farces et attrapes infligées au malheureux prof d’histoire qui les accompagnait.

Malgré cette expérience peu encourageante et forte de l’adage « les voyages forment la jeunesse », vous continuez consciencieusement à faire visiter à vos gosses tous les pays de la région et de l’Europe. Au fil des années, les petits malins finissent par reconnaître à vue d’œil le nombre d’étoiles des hôtels, comparent impitoyablement les buffets-breakfeast et la taille des piscines, lorgnent en avion sur la classe business et adoptent, en toutes circonstances, l’attitude blasée du vieux baroudeur qui en a vu d’autres.

C’est ainsi qu’à l’âge adulte, ayant fait le tour du Vieux Continent, ils escaladent les cimes du Népal, arpentent les réserves d’Afrique du Sud, bravent la jungle de Birmanie, affrontent les tsunamis à Bangkok, jouent les Robinson dans les îles de Phuket et débarquent à Colombo où, dévorés d’angoisse, on n’a plus qu’à espérer que notre brave Soma, en souvenir des bons vieux jours, les sauvera d’une énième tornade.

C’est de notre faute. On aurait dû refuser « l’activité d’éveil ». Dès le CP.
 
 
 
2020-02 / NUMÉRO 164