FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-02 / NUMÉRO 164   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
JFK/DSK


2011 - 06
J FK avait une mèche blonde irrésistible qui lui retombait sur le front et le teint perpétuellement hâlé du jeune sportif de Hyannis Port. Avec ses chemises blanches, son sourire ravageur et son passé romantique d’aviateur de guerre, il était le héros de l’Amérique des années soixante, celui qui conjurait ses doutes et ses peurs à l’heure menaçante du nucléaire, des vilains communistes et des terrifiants voyages dans l’espace.
Celui dont toutes les femmes rêvaient était marié à Jackie, ce qui donnait à l’Amérique l’image d’une famille idéale, avec des enfants blonds et rieurs jouant dans le bureau Ovale. Mais cette brunette piquante et stylée – au charme de laquelle même l’austère De Gaulle n’était pas dit-on resté insensible – n’aurait su assouvir la soif de séduire légendaire de JFK. Et le monde avait pu assister en « live » au spectacle inouï d’une sirène blond platine susurrant à l’oreille de l’homme le plus puissant du monde « Happy Birthday Mr. President ! »
À l’heure de la tragédie, en ce funeste jour à Dallas, l’épouse bafouée avait tenté de fuir, dans son tailleur rose taché de sang, la scène du drame. De fuir aussi, peu après, trop peu après, le statut d’héroïne éplorée pourchassée par tous les journalistes du monde, en épousant un riche armateur grec dont la fortune la mettait à l’abri des aléas de la vie, en cherchant en somme à se faire protéger par un homme puissant, un réflexe féminin vieux comme le monde.

Héros d’aujourd’hui, DSK est une star de la finance et de l’économie. Ses guerres à lui, il les mène, non pas aux commandes d’un avion de guerre, mais à coups de chiffres, de statistiques et de cours de la Bourse. Ce qu’on lui demande de conjurer, ce n’est pas une explosion militaire, mais l’effondrement des économies européennes, et cela au moyen d’armes « soft » qui s’appellent désormais concertations et pourparlers.
Portant encore beau à la soixantaine, cet homme brillant marié « aux plus beaux yeux du PAF français », à la journaliste iconique longtemps considérée comme l’idéal féminin de tous les mâles français, n’en est pas moins un séducteur impénitent dont les « affaires féminines » font régulièrement l’objet de fuites dans les journaux.
Mais lorsque, suite à l’affaire de trop du Sofitel, son masque tragique d’homme déchu s’affiche sur tous les écrans du monde, Anne Sinclair ne s’enfuit pas. C’est elle qui fait face, affiche malgré tout sa confiance en lui, organise sa défense, soutient sa famille recomposée désemparée, en un mot le protège.
Les hommes hélas ! ne changent pas. Les femmes si.
 
 
 
2020-02 / NUMÉRO 164