FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2017-12 / NUMÉRO 138   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Biographie
Charles Baudelaire, dandy paradoxal
À l’occasion du 150e anniversaire de la mort de Baudelaire, Marie-Christine Natta consacre à l’auteur des Fleurs du mal une biographie à la fois exhaustive et passionnante. 

Par Alexandre Najjar
2017 - 10

On croyait tout savoir sur Baudelaire depuis l’excellente biographie de Claude Pichois et Jean Ziegler parue chez Julliard en 1987. Or, la vie du poète est si dense qu’elle continue de susciter articles, études et ouvrages. Grande spécialiste du XIXe siècle, Marie-Christine Natta a relevé le défi de consacrer une nouvelle biographie à l’auteur des Fleurs du mal sans tomber dans le piège des redites. Certes, son livre retrace le parcours connu de Baudelaire, depuis sa naissance le 9 avril 1821 jusqu'à sa mort en Belgique le 31 août 1867, mais il se démarque des ouvrages précédents par sa description minutieuse du milieu dans lequel évoluait le poète en insistant sur ses rapports plus ou moins tumultueux avec son entourage : sa mère, Caroline ; son beau-père, le général Aupick, qui ne fut pas du tout un parâtre, contrairement aux idées reçues ; son éditeur, Poulet-Malassis ; « l’impératrice » Mme Sabatier ; son notaire, Ancelle ; le peintre Delacroix ; ses amis Alexandre Privat d’Anglemont et Philoxène Boyer ; les écrivains Hugo, Asselineau ou Barbey d’Aurevilly... Ayant soutenu une thèse sur le dandysme chez ce dernier et publié un essai sur le sujet (La Grandeur sans convictions), Marie-Christine Natta ne pouvait que se pencher sur le dandysme chez Baudelaire : « C’est dans la figure du dandy que s’unissent dès l’enfance deux traits essentiels de sa personne et de sa pensée : la recherche obsédante de l’originalité et la volonté de s’opposer », écrit-elle à cet égard. À la manière de Lord Byron, autre dandy célèbre, qui proclamait : « I love opposition », il s’opposa en effet à son siècle dont il méprisait les valeurs et les idées. 

Tout en insistant sur la spiritualité et l’humour de Baudelaire, l’auteur souligne la pluralité de son talent : poète en vers et en prose, critique littéraire, critique d'art, traducteur d’Edgar Allan Poe... Dans un style fluide (on est loin du langage abscons de certains travaux universitaires !), émaillé d’interrogations qui attisent la curiosité du lecteur et de références qui enrichissent le texte sans l’alourdir, elle arrive ainsi à brosser un portrait saisissant de cet écrivain tourmenté et instable (il changea trente-trois fois d’adresse en vingt-cinq ans pour fuir ses créanciers ou la belle mulâtresse Jeanne Duval, et se fuir lui-même : son nomadisme était « une manifestation de son spleen, celui d’un homme qui voudrait aller “n'importe où hors du monde”... ») qui fut confronté à l’indigence, aux excès des « paradis artificiels », à des « crises morales » aiguës, à la maladie, à l’incompréhension de ses proches, à « l’affaiblissement de sa volonté » qui l'empêcha de réaliser ses rêves (diriger un théâtre et entrer à l’Académie française), aux attaques d’une partie des critiques de son temps, ou encore à la persécution du sinistre censeur Ernest Pinard, qui, en 1857, chercha à le faire condamner à cause de « cette fièvre malsaine qui porte à tout peindre, à tout décrire, à tout dire, comme si le délit d’offense à la morale publique était abrogé, et comme si cette morale n'existait pas »... 

Le lecteur pourra déplorer l’absence de cahier iconographique ou regretter que le contenu des œuvres de Baudelaire n’ait pas été analysé davantage, mais il ne pourra refermer ce livre remarquable sans se sentir habité par le poète, animé par une profonde sympathie pour ce génie « damné » qui concilia rigueur et audace, tradition et modernité, fougue et patience. « De cette alliance harmonieuse et féconde, conclut Marie-Christine Natta, jaillit le charme inépuisable d’une œuvre qui a ouvert la voie aux symbolistes, aux surréalistes et à la foule infinie de tous les modernes. » 


 
 
D.R.
 
BIBLIOGRAPHIE
Baudelaire de Marie-Christine Natta, Perrin, 2017, 550 p.
 
2017-12 / NUMÉRO 138