FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-11 / NUMÉRO 161   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Exposition
L'image du mois : La mémoire de l'indicible


2019 - 06
Les Caves de Courten, situées à deux pas du Musée Rilke à Sierre en Suisse, accueillent jusqu’au 15 juin 2019 les œuvres picturales de l’artiste syrien Najah Albukai. Professeur de dessin dans une université à Damas, Albukai, 49 ans, a été emprisonné à plusieurs reprises, entre 2012 et 2015, au « centre 227 » géré par les services de renseignements militaires syriens. Accusé d’avoir participé à des manifestations contre le régime d’Assad, il a été torturé et forcé à transporter des dizaines de corps de détenus. Ayant réussi à s’échapper, il a fait escale au Liban avant de se rendre en France où il s’est employé à témoigner de l’enfer carcéral. Ses dessins et gravures représentent en noir et blanc, de manière saisissante, des corps presque nus, décharnés, enchaînés, parqués comme des bêtes dans des camions et des cellules, ou sauvagement brutalisés par les geôliers. L’une des images, intolérable, montre même une femme enceinte, la poitrine découverte, portant un masque à gaz ! On ne sort pas indemne d’une telle exposition qui dit la vérité sans artifices, et l’on se demande avec amertume et colère comment un régime aussi sanguinaire a pu rester impuni.
 
 
© Najah Albukai
 
2019-11 / NUMÉRO 161