FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-02 / NUMÉRO 164   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le livre de chevet de...
2007-05-03
Un livre de chevet ne peut être le même pour toute une vie. Il reflète une étape de notre parcours, notre état d’âme et ce que nous sommes devenus jusqu’à maintenant.
Longtemps, le mien était un livre de poésie pour faire respirer mon esprit et avancer mes rêves. Machiavel fut, à une autre époque, une référence quotidienne.

Après, Samir Kassir, ses écrits, ses articles surtout, ont accompagné mes solitudes profondes et désertes.
L’Automne du patriarche de Gabriel Garcia Marquez est ma façon de faire la révolution. C’est un texte vicieux, si j’ose dire, sur la fin des dictatures, la fin d’un tyran solitaire et analphabète qui se permet des atrocités sans limites s’appuyant sur son pouvoir et sur la passivité de ses citoyens. Un homme qui n’a jamais su où était l’envers et où était l’endroit de cette vie que nous aimions.

L’Automne du patriarche est un hymne à l’espoir. Il nous montre qu’il y a une fin à tout, même à celui qui se permettait de gouverner comme si son destin avait été de ne mourir jamais, qui se proclamait chef des tremblements de terre, des éclipses...celui qui prospérait dans la cruauté et les crimes… et qui meurt d’une hernie.
Un homme qui gouverne avec un pouvoir absolu peut-il échapper à la corruption qu’engendre ce même pouvoir ? Marquez donne la réponse par la déchéance physique du dictateur accompagnant le déclin de son mandat. Il ne pourra pas voir du balcon de son haut palais présidentiel la foule qui chantait sa mort et qui « annonçait au monde la bonne nouvelle selon laquelle le temps incalculable de l’éternité était enfin terminé ».

Marquez a écrit son texte d’une seule traite, mais surtout avec une telle passion mélangeant l’amour de la nation, de la liberté et de l’être... L’Automne du patriarche restera mon compagnon en attendant le beau printemps qui annoncera la fin de toutes les dictatures politiques et culturelles, poison de notre vie. Ce fut possible en Amérique du Sud. Pourquoi pas en Orient, là où le soleil se lève tous les matins ?

L'automne du patriarche, de Gabriel Garcia Marquez, Livre de poche, 254 p.
 
 
© D.R.
 
2020-02 / NUMÉRO 164