FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-01 / NUMÉRO 163   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Parutions
L'Arabie vue par...


2020 - 01
Autrefois, l’Arabie était certainement le pays le plus mystérieux au monde, un royaume impénétrable et inconnu, capable de stimuler l’imagination et les fantasmes les plus fous de l’élite intellectuelle européenne. Si la région du Hedjaz, où se situent les villes saintes islamiques de la Mecque et Médine, est toujours interdite aux non-musulmans, le reste de ce vaste pays était auparavant tout aussi inaccessible et dangereux, avec ses terribles déserts peuplés de bédouins, dont la seule réputation suffisait à décourager les voyageurs les plus valeureux. Cependant, une petite poignée a risqué sa vie pour traverser l’Arabie et est revenue avec les rares textes et images qui forment le sujet de cette publication. Ces œuvres, ou plutôt les plus captivantes et réussies d’entre elles, d’un point de vue historique, anthropologique et esthétique, sont réunies par Mona Khazindar (directrice de l'Institut du monde arabe depuis 2011) au sein de Visions d’ailleurs. Représentations historiques et contemporaines de l’Arabie saoudite et présentées en une dizaine de chapitres thématiques.

Toutes les techniques et tous les genres – peinture, sculpture, gravure, photographie, installations et même bande dessinée – sont représentés dans cette extraordinaire galerie d’images, où les œuvres de grands artistes orientalistes tels que Léon Belly, Georg Emanuel Opiz et Émile Prisse d’Avesnes sont judicieusement juxtaposées avec celles de célèbres photographes contemporains tels que Raymond Depardon, Abbas et Humberto Da Silveira. En parallèle de ces images, le texte nous permet de découvrir l’Arabie, un territoire complexe à pénétrer et à déchiffrer, à travers les yeux des voyageurs qui ont entrepris de la décrire dans les œuvres qu’ils ont laissées à la postérité. Ce texte traite également des personnalités souvent atypiques de ces voyageurs, comme l’Italien Ludovico di Varthema de Bologne, qui n’a pas hésité à devenir mamelouk en 1503 afin de pouvoir poser le pied sur le sol arabe, ou l’officier de marine britannique et écrivain Richard Burton, qui a réussi à se faire passer pour un physicien et magicien afghan dans le même but en 1853.

Au vu de la nouvelle politique de visa touristique mis en place récemment par le royaume, cet ouvrage prend toute son importance. Il offre sur l'actualité l'éclairage des précédents historiques et rappelle aussi des épisodes ou des mutations qui trouvent, par les temps qui courent, des résonances inattendues.
 
 

L’Arabie dans le regard du Monde de Mona Khazindar, Skira, 2019, 342 illustrations en couleur, 25 x 28,5 cm, 264 p. Existe aussi en anglais et en arabe (Kaph Books)
 
 
La cité nabatéenne d'Hégra à Madâin Sâlih, p
 
2020-01 / NUMÉRO 163