FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2017-09 / NUMÉRO 135   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
EN UNE
Kamel Daoud invente un personnage doté d'un pouvoir mystérieux : par ses écrits, il prolonge la vie des mourants. Le nouveau roman de l'écrivain algérien parle d'apprentissage de la langue, celle qui défait les liens et libère progressivement les Hommes des supposés prophètes. ... >> lire la suite
 
Le point de vue de...
Regard sans fard par Amine Issa
Questionnaire de Proust à...
Roger Assaf
Poème d’ici
Vent par Frida Bagdadi Debbané
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
WhatsApp Group
 
 
Édito par Alexandre Najjar
Équations et pollution
R
écapitulons : les États-Unis ont armé Daech pour combattre Assad qui a libéré les caïds de Daech de ses prisons pour diaboliser la révolution ; avec l'aide du Hezbollah, il a combattu Daech mais tous les deux ont accepté de permettre aux éléments de Daech de sortir du Liban dans des bus climatisés et ont protesté quand les États-Unis ont encerclé ces bus qui transportaient leurs anciens alliés dont ils facilitent pourtant la fuite sur d'autres fronts... La Turquie, de son côté, fait mine de combattre Daech après l'avoir soutenu, mais elle voit d'un mauvais œil l'action des Kurdes contre Daech, préférant sans doute les seconds aux ambitions indépendantistes des premiers.

La situation est évidemment claire et limpide. De deux choses l'une : ou bien on nous prend pour des cons et on nous fait avaler des couleuvres, ou bien la cacophonie est devenue telle que tout le monde s'emmêle les pinceaux, les ennemis se confondant avec les amis, et les terroristes avec les « libérateurs ». Au milieu de cette mascarade dont l'Histoire débrouillera un jour les écheveaux, les parents de nos soldats kidnappés, dont la patience et le sens de la dignité imposent le respect, ont l'amer sentiment d'avoir été floués. Pourquoi leurs enfants sont-ils morts ? Pourquoi leur a-t-on caché cette tragédie pendant trois ans ? Pourquoi un échange d'otages n'a-t-il pas été fait au moment opportun ? Et qui gouverne finalement ce pays ? La commission d'enquête qui se chargera peut-être de cette affaire devra mettre en accusation toute notre classe dirigeante, coupable de lâcheté et d'irresponsabilité. Car si, d'après le communiqué erroné et équivoque de l'Élysée, le Liban est un « récipient d'air » (nauséabond), il est devenu impératif d'en finir avec ses pollueurs !


2017-09 / NUMÉRO 135