FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-05 / NUMÉRO 143   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
EN UNE
On se rappelle probablement du discours prononcé le 29 avril 2007 par un certain Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de la République, dans lequel il se proposait, s’il était élu, d’« effacer les séquelles de Mai 68 ». La première, selon lui ou plutôt selon sa « plume », était le relativisme intellectuel et moral, qu’il interprétait comme le refus de distinguer le bien du mal, le vrai du faux, le beau du laid ; la deuxième, la haine du pouvoir, quel qu’il soit, au sein de la famille, de l’école, de l’entreprise, de toute institution sociale ; la troisième, l’individualisme forcené et ce qu’il charrie : l’égoïsme, l’hédonisme, la recherche du plaisir immédiat, libre de toute entrave. Le futur président n’hésita même pas, ce jour-là, lui l’admirateur de Reagan et de Thatcher, à considérer le triomphe du capitalisme sauvage dans les années 80 comme l’une des conséquences de Mai 68 ! ... >> lire la suite
 
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Un non-mai 68
 
 
Édito par Alexandre Najjar
Notre Mai 68
L
es élections prochaines au Liban coïncident avec la célébration du cinquantenaire de Mai 68, cette révolution qui a bouleversé l’ordre établi et marqué durablement la jeunesse en France et ailleurs. Les slogans de cette époque ont encore cours aujourd’hui et peuvent aisément s’appliquer à la réalité libanaise : « Sois jeune et tais-toi ! » Plusieurs milliers de jeunes Libanais voteront pour la première fois, sans que l’on sache s’ils seront les promoteurs du changement ou s’ils « se tairont » en votant comme des moutons de Panurge selon la volonté de leur communauté ou le souhait de leurs parents. « Enragez-vous ! » Ce slogan, clin d’œil au journal militant L’Enragé, devrait être la consigne du 6 mai : exprimer sa colère à travers un vote utile en refusant le retour des symboles de l’occupation syrienne, en rejetant les consignes de tel ou tel parti hégémonique, et en sanctionnant ceux qui, non contents d’avoir menti au peuple qu’ils affament aujourd’hui pour mieux le soudoyer, s’allient avec des escrocs et des parvenus pour renforcer leur « mafiature ». Ce sursaut est-il illusoire ? « Soyez réalistes, demandez l’impossible », nous conseille un troisième slogan de Mai 68. Cet « impossible » qu’on réclame est un Parlement composé de patriotes intègres, où la majorité serait indépendante, où les femmes seraient enfin bien représentées malgré l’absence de quota. Il nous faudra faire l’impossible, oui, pour que la prochaine chambre des députés ne soit pas une association de malfaiteurs qui entraînerait le pays à sa perte !

2018-05 / NUMÉRO 143