FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-07 / NUMÉRO 157   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
EN UNE
Avec un million d’exemplaires vendus, 35 traductions, une adaptation en bande dessinée et un film en cours de tournage qu’elle réalise elle-même à partir de son roman, c’est peu dire que Laetitia Colombani a obtenu un beau succès avec La Tresse, paru voici deux ans, en mai 2017, chez Grasset. Aussi les projecteurs sont-ils forcément braqués sur son nouveau roman qui vient de sortir : Les Victorieuses. ... >> lire la suite
 
Poème d’ici
Sainte-Melania par Par Rim Battal
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Nos chers expats
 
 
Édito par Alexandre Najjar
Série noire
D
epuis des mois, on assiste avec impuissance et colère à une série noire aux péripéties tragiques.

D’abord, l’anarchie ambiante avec des zones du territoire libanais peuplées de trublions qui foulent aux pieds la souveraineté de l’État pour se comporter comme des cowboys sans foi ni loi, alors que le shérif autoproclamé jette de l’huile sur le feu en faisant de la surenchère sectaire destinée à éveiller les instincts confessionnels primitifs chez les nostalgiques de l’isolationnisme. Ensuite, une justice qui va à vau-l’eau avec une fronde de magistrats indignés et indociles, une grève inédite des tribunaux dont les pauvres citoyens ont fait les frais, des troubles à l’ordre public occasionnés par une poignée d’avocats surexcités, des règlements de comptes entre juges et police, et des cours paralysées, comme à Jdeidé, faute de nomination d’assesseurs pour pourvoir les postes vacants. Jamais dans l’histoire de la République notre Justice n’avait connu pareille déliquescence ! Enfin, des apprentis législateurs qui concoctent un budget approximatif et pernicieux où l’on taxe les narguilés tout en autorisant la régularisation des empiètements sur le domaine public, sous le regard amusé des brigands au pouvoir qui ne se sentent nullement concernés par les nouvelles mesures d’austérité visant à dépouiller les plus faibles...

On a la pourriture qu’on mérite. Car comme l’affirmait George Orwell, « un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice. »


2019-07 / NUMÉRO 157