FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-04 / NUMÉRO 166   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Chroniques
Kauffmann reconstitue Eylau


Par Jean-Claude Perrier
2016 - 04
Après les Kerguelen et Sainte-Hélène, que des îles inhospitalières, ou la Courlande et son histoire tumultueuse, Jean-Paul Kauffmann s’intéresse depuis longtemps à l’ancienne Prusse-Orientale, russe depuis la fin de la dernière guerre, une région complexe au climat extrême, si difficilement accessible qu’on dirait une presqu’île. Il y est retourné en famille, en 2007, pour la reconstitution de la « boucherie d’Eylau » (dont on célébrait le bicentenaire), bataille finalement remportée par Napoléon, mais à quel prix ! L’occasion, quelques années après, d’écrire un de ces récits tricotés dont il a le secret, où se mêlent l’histoire, la littérature (dans Le Colonel Chabert de Balzac, un officier de cuirassiers porté disparu à la bataille d’Eylau, puis annoncé mort, revient finalement en France où l’on ne veut plus de lui), les souvenirs personnels, les confidences, les scènes affectueuses avec ses proches, et, surtout, un formidable appétit de vivre. Sans doute parce qu’il en a été privé durant trois ans : Kauffmann, on s’en souvient, fut otage, de 1985 à 1988, du Hezbollah, et est revenu à la vie après sa libération. Pas la même vie, bien sûr. Il n’oubliera jamais ces trois années d’« immobilisation involontaire », ainsi qu’il l’écrit avec pudeur et humour, même s’il a pardonné à ses bourreaux, suivant en cela l’enseignement du Christ. 

Comme il a tout lu sur la fameuse bataille, laquelle a suscité nombre de souvenirs et commentaires côté français, moins côté russe, l’écrivain nous fait profiter de ses connaissances. Ce qui le fascine surtout dans cette affaire, c’est le comportement de Napoléon, « sa conduite dans la chute », dit-il, sa psychologie au moment où, pour la première fois, son étoile semble pâlir. Eylau, selon lui, est un de ces moments de l’Histoire où tout vacille et peut basculer. Presque le début d’une fin que l’Empereur pressentait fatale, même si son pouvoir durera quelques années encore...
Outre-Terre est un livre beau et grave, drôle et fraternel, érudit mais sans pesanteur, où Jean-Paul Kauffmann entraîne son lecteur là où il n’aurait jamais eu l’idée d’aller sans lui, dans ces rudes confins septentrionaux de l’Europe qui ont subi tant de guerres, d’invasions, d’occupations. C’est un peu comme un millefeuille historique, dont les différentes couches se superposent dans le récit. L’écrivain est fils de boulanger-pâtissier. De là, sans doute, cette gourmandise de découvrir et de faire partager ses trouvailles à ses lecteurs !


 
 
D.R.
 
BIBLIOGRAPHIE
Outre-Terre de Jean-Paul Kauffmann, éditions des Équateurs, 2016, 336 p.
 
2020-04 / NUMÉRO 166