FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2018-01 / NUMÉRO 139   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Biographie
Staline, une vie


Par Henry Laurens
2018 - 01

Il existe de nombreuses et excellentes bibliographies de Staline en français et en anglais. Cette dernière est d’un auteur russe, mais c’est la traduction française de la traduction anglaise, ce que les éditeurs français auraient dû mentionner. Indépendamment de ce point regrettable, la richesse de ce livre repose sur une enquête de plus de vingt-cinq ans dans les archives soviétiques qui a déjà donné l’occasion de publication de plusieurs ouvrages sur des éléments de la vie de Staline. 

Le récit suivi est fondé sur l’alternance de chapitres chronologiques parcourant la vie de Staline et de chapitres thématiques consacrés aux lieux du pouvoir stalinien, à la vie quotidienne du dictateur ainsi qu’à ses derniers moments. À un moment où certains en Russie entreprennent une réhabilitation partielle du personnage, il faut en revenir aux documents qui permettent de dégager l’ampleur de la terreur stalinienne.

Contrairement à la légende, Staline est issu d’un milieu modeste, mais non dénué de moyens, ce qui lui a permis de faire des études secondaires dans un séminaire en Géorgie. Sa radicalisation révolutionnaire s’est produite très tôt, mais c’est un militant qui sait agir avec prudence pour éviter la répression. Il monte rapidement dans la hiérarchie du parti bolchevik en Transcaucasie. Il participe de 1905 à 1907 à plusieurs congrès à l’étranger, ce qui lui donna l’occasion de rencontrer Lénine. Après plusieurs arrestations et de courtes peines de prison, il est arrêté en 1913 et passe les quatre années suivantes en Sibérie.

Il est libéré par la révolution de mars 1917 et joue dès lors un rôle important dans la direction du parti. Il soutient la ligne de prise du pouvoir promu par Lénine. Durant la période dite du « communisme de guerre », c’est un proche de Lénine et un acteur de la politique de terreur. Il s’oppose frontalement à Trotski. Il obtient en 1922 le poste clé de secrétaire général du parti, ce qui lui permet de contrôler l’appareil. 

Après la mort de Lénine, en janvier 1924, il est l’élément moteur d’une « direction collective » dirigée contre Trotski. Son art de la manœuvre lui permet d’éliminer progressivement tous ses rivaux. Sa prise de pouvoir complète à l’horizon de 1930 donne le signal d’une collectivisation forcée des terres agricoles et d’une industrialisation à outrance. C’est une guerre à outrance contre la paysannerie qui fait près d’une dizaine de millions de morts si on y comprend la famine qui atteint son paroxysme durant l’hiver 1932-1933.

Après un bref répit, c’est la grande terreur qui frappe les rangs du parti, de l’appareil d’État et de l’armée, ainsi que l’ensemble de la population. Elle fait des millions de victimes. Le pacte germano-soviétique de 1939 est une marque de réalisme politique, mais le dictateur n’a pas prévu la victoire suivante d’Hitler. Tout en se préparant au risque d’une guerre avec le nazisme, Staline tente d’apaiser Hitler, d’où la surprise du 22 juin 1941. Pendant un moment, Staline perd le contrôle de la situation avant de se ressaisir. Il sait animer la résistance russe, mais multiplie les erreurs stratégiques qui coûtent à l’armée rouge la perte de centaines de milliers de soldats.

Au lendemain de la guerre, Staline est à la tête d’une des plus grandes puissances du monde. Son pouvoir est absolu. Son entourage vit dans une peur permanente. La guerre froide est inévitable du fait de l’incompatibilité des systèmes politiques. La pression est maintenue sur les populations pour pouvoir engager un programme gigantesque d’armements. Le dictateur à la santé déclinante refuse toute délégation de pouvoir mais l’entourage envisage déjà les mesures à prendre, ce qui expliquera la rapidité de la déstalinisation.

Ce livre à la documentation sûre dresse un bilan accablant des erreurs de Staline et des horreurs de sa politique. En même temps, il permet de comprendre comment s’est formée la société soviétique dont la Russie d’aujourd’hui est l’héritière. C’est une excellente lecture à faire.


 BIBLIOGRAPHIE
Staline d’Oleg V. Khlevniuk, préface de Nicolas Werth, Belin, 2017, 624 p.

 
 
 
D.R.
 
2018-01 / NUMÉRO 139