FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-04 / NUMÉRO 166   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Le point de vue de...
Brèves thèses sur les communautés-satellites


Par Ahmad Beydoun
2011 - 02
Les rapports de dépendance développés par des groupes communautaires libanais avec des puissances régionales ou internationales présentent des profils passablement variés. Ils peuvent demeurer rivés au plan politique ou politico-matériel ; dans certains cas, ils comportent, au contraire, une dimension symbolique ou idéologique leur procurant une force de pénétration exceptionnelle. Ils peuvent exposer le pays à des dangers de destruction imminente ou se limiter, par contre, à la promotion multiforme de la communauté cliente. Ce n’est évidemment pas la même chose. Pourtant, considérée sous un autre angle, c’est bien la même chose, puisqu’on aboutit, dans les deux cas, à des disparités susceptibles de favoriser une polarisation politique qui ne tarde guère à mettre à l’épreuve la cohésion de l’État et du pays. Cela dit, un groupe libanais n’aura vraisemblablement pas le choix quant à l’identité de son patron et à ses exigences…

2. L’appui consenti par une puissance extérieure devient irremplaçable dans la mesure où il exagère le poids relatif de la communauté concernée. Le perdre fait alors figure de catastrophe. L’exiguïté du pays, les fissures que présente la société, les limites que ces fissures imposent à la consolidation d’un pouvoir central, la situation géopolitique où le pays s’est retrouvé surtout depuis la création de l’État d’Israël : autant de facteurs qui facilitent la satellisation de tel ou tel groupe communautaire ; autant aussi d’encouragements aux puissances bénéficiaires.

3. Un noyau dur, éventuellement énorme, peut alors se constituer au sein de la communauté conquise. Doté de moyens abondants et flanqué d’institutions de toute sorte, il devient capable de minoriser toute opposition ne comptant que sur les ressources internes de la communauté.

4. Le groupe s’installe alors dans un état de dépendance qui atteint ses structures de base, son mode de vie et les sources de sa subsistance. La hiérarchie des appartenances s’y trouve modifiée ; les rituels identitaires gagnent en extraversion et en densité, soulignant exagérément la « différence » de la communauté. Paradoxalement, cette aliénation peut procurer à une communauté de dimensions nécessairement modestes et aux ressources limitées, une apparence d’acteur régional et, éventuellement, international.

5. La dépendance provoque nécessairement un état de mobilisation au sein de la communauté, dirigée contre un ou plusieurs adversaires, à l’extérieur et/ou à l’intérieur du pays. Un appui stratégique supposant des sacrifices importants de tout ordre n’est vraisemblablement offert par le patron que si la situation d’adversité est réalisée et sollicite de la part du client libanais l’acceptation d’y jouer un rôle. L’appréhension des dangers est alors contrée par des modes de mobilisation insistants et oppressifs. Surtout, le « noyau dur » développe lui-même une attitude de résignation à sa propre destruction qu’il s’efforce d’irradier dans les rangs de la communauté.
6. Aussi, l’Autorité centrale devient incapable de se faire une cohérence autour d’options fondamentales en matière de politique étrangère et de politique de défense nationale. Il devient également improbable qu’une politique nationale de développement puisse s’affranchir tant soit peu de la logique de quotes-parts communautaires. L’effet le plus décisif de l’émergence dudit noyau sociopolitique est l’exclusion de toute alternative à sa représentation de la communauté au niveau du pouvoir central. Il est alors porté à faire valoir des revendications s’inspirant de la ligne politique de ses patrons et faisant fi des intérêts d’autres parties qui, de leur côté, ne peuvent s’accommoder de tant de faits accomplis et de demandes exorbitantes. Les institutions étatiques, elles, tendent à se défaire de leurs normes de fonctionnement, tant l’incohérence au sommet et l’écartèlement environnant mettent à l’épreuve le sens qu’elles doivent entretenir de leur mission et de leur unité. L’autorité de la Loi devient progressivement un vain mot.

7. Le rôle dévolu à l’État de modérateur des contradictions sociopolitiques et de promoteur de la communauté nationale est alors de moins en moins reconnu. Autant que les œuvres sociales privées, la corruption et les entreprises asociales sont encouragées. Face aux démarches correctrices qui les visent, les comportements criminels bénéficient de protections communautaires généralement discrètes mais, au besoin, ostentatoires.

8. La dépendance plus ou moins généralisée entraîne nécessairement une escalade de confrontations internes, susceptibles de se transformer en accès de violence intermittents et, le cas échéant, en conflit armé généralisé. L’appétit pour la dépendance est contagieux ; il est aiguillonné par le besoin de rééquilibrage et d’autodéfense. La confrontation peut se déclarer en prévention d’atteintes graves aux équilibres intérieurs ou, au contraire, viser un rééquilibrage après-coup. Son issue dépendra étroitement du bon vouloir ou du commun accord des patrons extérieurs.
 
9. On ne peut espérer une inversion durable de ce penchant pour la dépendance, que si la polarisation qui caractérise les relations régionales et leur contexte international fait place à un système régional doté de mécanismes régulateurs dont le respect s’imposerait à tous les acteurs importants de la scène moyen-orientale. Le nouveau système s’emploiera à contrer toute tendance qu’aurait une puissance régionale à satelliser une fraction de la société d’un autre État.

10. Le parti pris de la paix au Liban ne peut que s’élever contre toute exagération de l’importance d’un groupe par injection, nécessairement couplée de visées politico-stratégiques, de ressources étrangères démesurées. Plus d’une communauté se sentira perdante de la mise à l’index de cette stratégie : sur le seul plan matériel – pour ne rien dire de ceux de la puissance et de l’amour-propre –, des dizaines de milliers de familles libanaises vivent de ce qu’on a pu baptiser « mode de production politique ». Symétriquement, la dénégation de droits procédant légitimement du poids relatif d’un groupe devra être exclue.
 
 
D.R.
 
2020-04 / NUMÉRO 166