FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-01 / NUMÉRO 163   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Hommage
Stéphane Hessel ou l’âge contre le(s) temps


Par Fares Sassine
2013 - 03
Stéphane Hessel n’a cessé de naître. Sa mort même, il y a quelques jours, fut l’occasion d’une renaissance tant elle donna lieu à des célébrations et des attaques. Pour le commun, il date d’un livre, un mince opuscule qu’il fit paraître à 93 ans Indignez-vous ! (2010). Ce fut comme un coup d’éclat en plein marasme économique, au milieu de la banalisation du racisme et de la xénophobie, de l’apprentissage avancé de la population à la soumission aux réalités iniques, « des médias entre les mains des nantis ». L’ouvrage battit tous les records d’impression et vendit 4 millions d’exemplaires. Sur le plan éditorial, il n’allait pas seulement à contre-courant, il renversait la tendance.

L’appel portait. Le succès ne venait pas seulement de l’attente des lecteurs. Il se comprenait surtout par cette voix qui liait son message à son destin, ce qu’il appelait son « socle » : né avec la révolution d’Octobre (1917), Stéphane Hessel ne cessait de renaître pour s’associer aux grands combats du siècle. Il fut des premiers à rejoindre la Résistance contre l’occupant (mars 1941), connut l’enfer de plusieurs camps nazis (1944), s’engagea pour « un ensemble de principes et de valeurs » après la Libération, fut dans les antichambres de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) et de la décolonisation (1954)… S’il appelait à revenir aux origines de la Résistance, l’indignation, il se soutenait de son crédit historique. D’origine juive et interné à Buchenwald, il ne cessa de mettre en cause la politique criminelle d’Israël, se rendant plusieurs fois en Cisjordanie et à Gaza.

Rendu célèbre par son ouvrage, Hessel devint omniprésent dans les meetings et les médias. Il rendait caduc le temps par l’âge et l’âge caduc par la culture à laquelle il faisait référence, la poésie qu’il ne cessait de réciter, l’universalité et la dignité humaines qui l’inspiraient, et l’énergie vitale où il puisait une force étonnante. De mémoire d’homme, jamais 96 ans ne furent si légers à porter et si pleins d’enseignements.

 
 
D.R.
 
2020-01 / NUMÉRO 163