FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2020-01 / NUMÉRO 163   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
Au Salon
L’embellie ( Salon du livre de Paris )
Après une période d’essoufflement, le Salon du livre de Paris enregistre pour sa 29e édition une fréquentation en hausse. Et sauve son avenir.

Par Lucie GEFFROY
2009 - 04
Le chiffre était très attendu. Pour pouvoir envisager sereinement l’avenir, les organisateurs du Salon du livre de Paris espéraient dépasser la barre des 200 000 visiteurs. On y est presque. En six jours, le 29e Salon du livre de Paris a accueilli 198 150 visiteurs, soit « 20 % de plus qu’en 2008 », s’est félicité le Syndicat national de l’édition (SNE). Car comme d’autres rendez-vous littéraires français d’envergure nationale (Lire en fête, Printemps des poètes, etc.), le Salon du livre de Paris affichait de sérieux signes d’essoufflement – en 2008, la participation avait chuté de 8% avec 165 000 entrées –, au point qu’un arrêt de la manifestation ou au mieux un déménagement dans un lieu plus petit avaient été sérieusement envisagés.

La réorientation de la communication du Salon par Bertrand Morisset, son commissaire général, semble donc avoir payé. Pour séduire un plus large public, il a choisi de privilégier le public jeune en offrant la gratuité pour les moins de 18 ans. Et de communiquer davantage sur les spectacles vivants, les animations et les dédicaces d’auteurs et moins sur l’invitée d’honneur, la littérature mexicaine, jugée trop élitiste. Celle-ci a pourtant fait bonne recette avec plus de 20 000 ouvrages d’auteurs mexicains vendus dont 25% en espagnol.

Plusieurs stands ont particulièrement polarisé le public : ceux dédié à la BD et aux mangas, le pavillon du Mexique où ont eu lieu une cinquantaine de rencontres et de conférences dont celle de Carlos Fuentes, très suivie, et l’espace « Lectures de demain » où les passionnés de nouvelles technologies ont pu découvrir l’édition numérique, l’e-book et l’encre numérique. Le Liban, invité par la région Île-de-France, était présent avec un stand où étaient représentées plusieurs maisons et où l’on a pu découvrir l’avant-programme de « Liban, capitale mondiale du livre 2009 ». Les bons résultats de cette 29e édition qui vont de pair avec ceux d’un marché du livre qui résiste plutôt bien à la crise prouvent que dans un environnement saturé de médias et d’écrans divers et de plus en plus marqué par l’immatériel, le livre apparaît comme une valeur refuge.


 
 
 
2020-01 / NUMÉRO 163