FEUILLETER UN AUTRE NUMÉRO
Mois
Année

2019-05 / NUMÉRO 155   RÉAGISSEZ / ÉCRIVEZ-NOUS
CHERCHER SUR LE SITE
 
ILS / ELLES
 
LIVRES
 
IMAGES
 
Au fil des jours...
 
EN UNE
Deux années se sont écoulées depuis la mort de Samir Frangié, mais sa présence ne cesse d’interpeller comme nom, comme image, comme pensée et voie. La médiocrité d’une scène politique libanaise où la lutte pour le pouvoir et le lucre a radié toute dimension nationale et culturelle n’en est pas la seule raison. Une ferveur, une fidélité, une reconnaissance pour celui qui, avec plus de courage, de sagacité, de permanence assignait les buts et les poursuivait – tout en luttant, les dernières années, contre le plus insidieux des maux – persévèrent ; ce qui n’est, de la part de ceux qui l’ont connu, que droiture. ... >> lire la suite
 
Le point de vue de...
Quand tout brûle... par Rony Araygi
Questionnaire de Proust à...
Antoine de Tarlé
Le clin d'œil de Nada Nassar-Chaoul
Un bon point !
 
Coup de coeur
Roman
Recueil
Bande dessinée
Biographie
 
Édito par Alexandre Najjar
Le centenaire du Barreau
L
’Ordre des avocats de Beyrouth, fondé en 1919, vient de fêter son centenaire en grande pompe. Un événement d’autant plus important qu’il concerne une profession qui, au fil des années, a donné au pays des dizaines d’excellents juristes et législateurs, ainsi que plusieurs présidents de la République, présidents du conseil et chefs du Parlement, sans compter de nombreux ministres et députés. Hélas, « le beau métier d’avocat » (selon le titre d’un ouvrage de Jean Gallot) se heurte aujourd’hui à de graves difficultés : surnombre, crise économique, lenteur de la justice, sans compter le tsunami numérique qui risque d’en modifier prochainement les règles. Bien que décrié par certains auteurs (Shakespeare, Rabelais, Racine, Balzac ou Courteline !), il demeure l’un des plus nobles au monde car il consiste à endosser les problèmes des autres (en plus de ses propres tracas), à défendre le droit contre l’injustice et la loi de la jungle, et à sauvegarder les libertés publiques dans un environnement souvent hostile. Au fond, l’avocat est à son mandant ce que le médecin est à son patient : un diagnostiqueur, un conseiller, un guérisseur et, s’il réussit, un sauveur.

À l’heure où la lutte contre la corruption se généralise, aussi bien au Maghreb qu’en Amérique latine, il appartient au Barreau de monter au créneau pour réclamer lui aussi la restitution des biens mal acquis et des milliards pillés par la plupart de nos dirigeants – seule solution pour combler le déficit sans saigner à blanc une population déjà exsangue. Est-ce bien là le rôle des avocats ? Assurément. Car défendre les citoyens contre les rapaces qui les ont dépouillés, c’est défendre la dignité et la survie du Liban.



2019-05 / NUMÉRO 155